Ouessant au printemps


Suite et fin de mon recap en images sur un week-end passé sur l’île d’Ouessant en mai dernier (commencé ici) :
A part les crêperies locales (must do absolu), je vous conseille vivement d’aller déjeuner au restaurant Ar Piliguet : du (bon) fait maison, dans un cadre assez dingue (encore ce genre d’endroits que je rêve d’ouvrir un jour) en plein cœur du bourg de Lampaul. La maison va bientôt faire chambres d’hôtes.
Restaurant Ar Piliguet
Les jardins du restaurant Ar Piliguet
Qui dit week-end sur une île dit lecture : les miennes étaient pour le coup « ultra-locales » et assez éclectiques avec une BD bien ficelée, Les Ouessantines de Patrick Weber et Nicoby (éditions Vents d’Ouest), un roman historique beaucoup plus sombre d’Henri Queffélec, Un homme d’Ouessant et différentes encyclopédies sur la nature, l’histoire et les coutumes de l’île d’Ouessant trouvées au gite.
Entre deux balades, un stop à deux musées de l’île, celui des Phares et des balises puis de l’écomusée (i.e. évolution des conditions de vie sur l’île, mobilier, objets de la vie quotidienne etc.) pour s’imprégner de l’histoire de l’île.
Bref, en quelques mots, un week-end à faire absolument si vous aimez les côtes sauvages, si vous n’avez pas peur des aléas météo des îles bretonnes, si vous aimez manger et partir à l’aventure. Et je vous recommande (chaudement) notre gite si vous ne savez pas où dormir (et si vous êtes entre 3 et 4 personnes).