3 (bonnes) raisons d’aller voir l’expo Cookbook aux Beaux Arts


JUSQU’EN JANVIER PROCHAIN SE TIENT L’EXPOSITION «COOKBOOK, L’ART ET LE PROCESSUS CULINAIRE» AUX PALAIS DES BEAUX ARTS DE PARIS. J’Y SUIS ALLÉE SANS AVOIR RIEN LU DE PLUS QUE CE TITRE. J’AI ADORÉ (VRAIMENT) M’Y RENDRE, MÊME SI JE M’ATTENDAIS À UNE EXPOSITION AUTOUR DU LIVRE DE CUISINE, OR IL N’EN EST RIEN PUISQU’IL N’EST JAMAIS QUESTION D’ÉDITION CULINAIRE (OU DU MOINS PAS DIRECTEMENT)
DE QUOI ON PARLE ?
«L’EXPOSITION COOKBOOK SE PROPOSE D’INITIER UN DIALOGUE ENTRE ARTISTES ET CHEFS CUISINIERS D’AUJOURD’HUI ET SE PLACE SOUS L’ÉGIDE D’UN TEXTE DE LÉVI-STRAUSS, «LE TRIANGLE CULINAIRE», QUI MONTRE QUE LES REGISTRES DU CRU, DU CUIT ET DU POURRI FORMENT TROIS CATÉGORIES ESTHÉTIQUES, TROIS RÉGIMES DE TRAITEMENT DU MATÉRIAU ARTISTIQUE.»

 

1. POUR LE PALAIS DES BEAUX ARTS DE PARIS
PARCE QU’ALLER À UNE EXPOSITION DANS UN CADRE  AUSSI SPECTACULAIRE RESTE ASSEZ RARE FINALEMENT. LE PALAIS DES BEAUX ARTS DE PARIS C’EST UN BÂTIMENT CHARGÉ D’HISTOIRE, SORTE DE TEMPLE GREC À LA GLOIRE DE L’ART, QUI RESTE UNE ÉCOLE ENCORE AUJOURD’HUI. L’EXPOSITION A LIEU DANS 4 ESPACES DIFFÉRENTS AU SEIN DE CE PALAIS, POUR NOTRE PLUS GRAND PLAISIR.

 

ON DÉCOUVRE UNE PARTIE DES BEAUX ARTS SOUS TOUTES SES COUTURES, ON MONTE, ON REDESCEND, ON PASSE CÔTÉ SEINE, CÔTÉ SALLE MAJESTUEUSE FAÇON ÉGLISE PAÏENNE, ON REMONTE DES ESCALIERS. BREF, J’AI ADORÉ LE PARCOURS ET LE FAIT D’AVOIR «HABILLÉ» LE PALAIS DE CETTE EXPOSITION, À LA MANIÈRE D’UNE SUPERPOSITION LÉGÈRE. LES MURS DE L’EXPOSITION ONT ÉTÉ RAJOUTÉ AUX MURS D’ORIGINE, SUR LESQUELS ON APERÇOIT ENCORE DES TOILES DE MAITRES, OU DES FRESQUES PARFOIS UN PEU DÉCRÉPIES.

 

2. POUR LA MISE EN PERSPECTIVE DE GOYA, DE PRÉCIEUX DU 18E COMME DE CHEFS ÉTOILÉS ACTUELS, LE TOUT TEINTÉ D’HUMOUR
J’AI AIMÉ LE FAIT QU’IL Y AIT 4 ESPACES DIFFÉRENTS, UN CHEMINEMENT INTELLECTUEL MATÉRIALISÉ. ON COMMENCE PAR DU CONTEMPORAIN, UN BODYBUILDER EN CARAMEL, PUIS ON RENTRE DANS LA NEF PRINCIPALE, ELLE-MÊME COMPOSÉE DE 3 «COUCHES», COMME DANS UN GÂTEAU. AVEC AU DÉPART LES GRANDS NOMS DE L’ART CONTEMPORAIN, AVEC DU NÉO-RÉALISME, DU MOUVEMENT SUPPORT/SURFACE, DES NATURES MORTES COMME DES TRAITEURS COLORISTES OU ENCORE DU SOPHIE CALLE ET SES DINERS CHROMATIQUES (OÙ ELLE SE PREND POUR L’UNE DES HÉROÏNES D’UN ROMAN DE PAUL AUSTER, LE LÉVIATHAN).

 

AUTRE COUCHE COMPOSÉE DES JEUNES ARTISTIQUES CONTEMPORAINS PLUS JEUNES ET SURTOUT DERNIÈRE ÉTAPE, CELLE DES «CHEFS REPRÉSENTÉS». ON Y RETROUVE PAR EXEMPLE YANNICK ALLENO OU ALAIN PASSARD EN COLLAGES, PHOTOGRAPHIES ET AUTRE. A L’ÉTAGE ON RETOURNE DANS LE PASSÉ, ON TRAVERSE LE 18E SIÈCLE SOUS LE SIGNE DE L’ÉLÉGANCE ET DU RAFFINEMENT ROCOCO, ON RETOURNE À DES NOTES PLUS GROTESQUES, PRESQUE RABELAISIENNES DE RIPAILLES JUSQU’AU GRINÇANT AVEC GOYA. ET POUR FINIR ON RETROUVE UN ARTISTE OUBLIÉ, PROCHE DE DUCHAMP, ADEPTE D’ILLUSTRATIONS MINIATURES PROCHES DE LA BD, DE LA TYPOGRAPHIE, DE LA TERRE.

 

3. POUR LES (INCROYABLES) VISITES GUIDÉES
J’AI EU LE GRAND PRIVILÈGE DE DÉCOUVRIR L’EXPO AVEC KATHY ALLIOU, UNE DES RESPONSABLES DES BEAUX ARTS. ENTRE ANECDOTES, EXPLICATIONS TRÈS CLAIRES ET BONNE HUMEUR. LE TOUT GRATUITEMENT. C’ÉTAIT SI BIEN QUE JE N’AI QU’UNE ENVIE : VOIR UNIQUEMENT DES EXPOSITIONS EN VISITES GUIDÉES.
CARNET D’ADRESSE :
BEAUX-ARTS DE PARIS – 13, QUAI MALAQUAIS, 75006 PARIS
EXPOSITION DU 18 OCTOBRE AU 9 JANVIER 2013
DU MARDI AU DIMANCHE DE 13H À 19H

 

PS : MENTION SPÉCIALE POUR LA PERFORMANCE DE BERTRAND GREBAUT, LE CHEF DU SEPTIME À PARIS, ET SON «COEUR DE VEAU SUR RAIL» (CUIT LITTÉRALEMENT SUR UN RAIL DE MÉTRO, À LA MANIÈRE D’UNE PLANCHA).